6 phénomènes quand tu stoppes la viande


Quand tu passes sur un régime à base de plante, tu deviens tout de suite plus fort, plus musclé, plus grand, tu as même des ailes d’anges qui viennent se greffer sur ton dos. Non en fait rien de tout ça, c’est beaucoup moins vendeur ce que nous allons voir mais regarder la vidéo en entier, ça peut vous intéresser, j’en suis certain !

Alors, il faut savoir que beaucoup de personnes choisissent une alimentation à base de plantes pour de nombreuses raisons. Il s’agit par exemple de perdre du poids, de se sentir plus énergique, de réduire le risque de maladie cardiaque, de diminuer le nombre de pilules qu’ils prennent… Il y a des dizaines de bonnes raisons ! Je vais partager avec vous d’autres avantages auxquels vous pouvez vous attendre lorsque vous avez une alimentation à base de plantes.

1. Vous réduisez l’inflammation dans votre corps

Quand tu passes sur un régime à base de plante, tu deviens tout de suite plus fort, plus musclé, plus grand, tu as même des ailes d’anges qui viennent se greffer sur ton dos. Non en fait rien de tout ça, c’est beaucoup moins vendeur ce que nous allons voir, mais regarder la vidéo en entier, ça peut vous intéresser, j’en suis certain !

Alors, il faut savoir que beaucoup de personnes choisissent une alimentation à base de plantes pour de nombreuses raisons. Il s’agit par exemple de perdre du poids, de se sentir plus énergique, de réduire le risque de maladie cardiaque, de diminuer le nombre de pilules qu’ils prennent… Il y a des dizaines de bonnes raisons ! Je vais partager avec vous d’autres avantages auxquels vous pouvez vous attendre lorsque vous avez une alimentation à base de plantes.

2. Votre taux de cholestérol dans le sang va chuter

Un taux élevé de cholestérol dans le sang est un facteur de risque clé pour les maladies cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux, deux des principales causes de mortalité dans beaucoup de pays de l’Occident. Les graisses saturées, que l’on trouve principalement dans la viande, la volaille, le fromage et d’autres produits d’origine animale, sont l’un des principaux facteurs de notre taux de cholestérol sanguin. Le cholestérol dans nos aliments en général joue également un rôle.
Les études montrent invariablement que lorsque les gens ont un régime à base de plantes, leur taux de cholestérol sanguin chute jusqu’à 35 %. Dans de nombreux cas, la diminution est égale à celle observée avec la pharmacothérapie, les pilules quoi – mais ici avec de nombreux effets secondaires positifs ! Donc les personnes qui ont besoin de médicaments hypocholestérolémiants peuvent encore réduire leur taux de cholestérol et leur risque cardiovasculaire en adoptant un régime à base de plantes.
Les régimes alimentaires complets à base de plantes réduisent le cholestérol sanguin, car ils ont tendance à être très pauvres en graisses saturées et ne contiennent aucun cholestérol. De plus, les régimes à base de plantes sont riches en fibres, ce qui réduit encore le taux de cholestérol dans le sang. Le soja a également été montré pour jouer un rôle dans la réduction du cholestérol, pour ceux qui choisissent de l’inclure.

3. Vous transformez votre microbiome

Les milliards de micro-organismes vivant dans notre corps sont collectivement appelés le microbiome. De plus en plus, ces micro-organismes sont reconnus comme étant essentiels à notre santé globale : non seulement, ils nous aident à digérer notre nourriture, mais ils produisent des nutriments essentiels, forment notre système immunitaire, activent et désactivent les gènes, préservent la santé de nos tissus intestinaux et nous protègent du cancer. Des études ont également montré qu’ils jouent un rôle dans l’obésité, le diabète, l’athérosclérose, les maladies auto-immunes, les maladies inflammatoires de l’intestin et les maladies du foie.
Les aliments végétaux aident à façonner un microbiome intestinal sain. La fibre dans les aliments végétaux favorise la croissance de bactéries « amicales » dans nos tripes. D’autre part, les régimes pauvres en fibres (comme ceux qui contiennent beaucoup de produits laitiers, d’œufs et de viande) peuvent favoriser la croissance de bactéries qui favorisent la maladie. Des études historiques ont montré que, lorsque les omnivores mangent de la choline ou de la carnitine (présentes dans la viande, la volaille, les fruits de mer, les œufs et les produits laitiers), les bactéries intestinales transforment une substance qui est transformée par notre foie en un produit toxique appelé TMAO. La TMAO entraîne une aggravation des plaques de cholestérol dans nos vaisseaux sanguins et augmente le risque de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral.
Fait intéressant, les personnes qui suivent un régime à base de plantes ne produisent peu ou pas de TMAO après un repas contenant de la viande, car elles possèdent un microbiome intestinal, totalement différent. Cela ne prend que quelques jours pour que nos structures bactériennes intestinales se modifient – les avantages d’un régime à base de plantes commencent rapidement !

4. Vous allez changer le fonctionnement de vos gènes

Les scientifiques ont fait la découverte remarquable que des facteurs environnementaux et de style de vie peuvent activer et désactiver les gènes. Par exemple, les antioxydants et autres nutriments que nous consommons dans les aliments à base de plantes entières peuvent modifier l’expression des gènes afin d’optimiser la manière dont nos cellules réparent l’ADN endommagé. La recherche a également montré que les changements de mode de vie, y compris un régime à base de plantes, peuvent réduire l’expression des gènes du cancer chez les hommes atteints d’un cancer de la prostate à faible risque. Nous avons même déjà constaté qu’un régime alimentaire à base de plantes, associé à d’autres changements de mode de vie, pouvait allonger nos télomères – les capsules à la fin de nos chromosomes qui aident à maintenir notre ADN stable. Cela pourrait signifier que nos cellules et nos tissus vieillissent plus lentement, car les télomères raccourcis sont associés au vieillissement et à la mort précoce.

5. Réduire fortement vos chances de contracter le diabète de type 2

On estime que 38% des Américains ont un prédiabète, un précurseur du diabète de type 2. Il a été démontré, étude après étude, que les protéines animales, en particulier la viande rouge et transformée, augmentaient le risque de diabète de type 2. Dans la population adventiste, les omnivores ont un taux de diabète deux fois plus élevé que celui des végétaliens, même en tenant compte des différences de poids corporel. En fait, dans cette population, manger de la viande une fois par semaine ou plus sur une période de 17 ans augmentait le risque de diabète de 74%! De même, dans l’étude de suivi auprès des professionnels de la santé et l’étude sur la santé des infirmières, l’augmentation de la consommation de viande rouge de plus d’une demi-portion par jour était associée à une augmentation de 48% du risque de diabète lié au diabète sur une période de 4 ans.

Pourquoi la viande causerait-elle le diabète de type 2? Plusieurs raisons: la graisse animale, le fer d’origine animale et les conservateurs de nitrate dans la viande endommagent les cellules du pancréas, aggravent l’inflammation, entraînent un gain de poids et nuisent au fonctionnement de notre insuline.

Vous réduirez considérablement vos chances de contracter le diabète de type 2 en laissant les produits d’origine animale hors de votre assiette et en suivant un régime alimentaire à base de plantes entières. Cela est particulièrement vrai si vous mangez des grains entiers, qui sont très protecteurs contre le diabète de type 2. Vous avez bien lu : les bons glucides vous protègent réellement du diabète ! De plus, un régime à base de plantes peut améliorer, voire inverser votre diabète, si vous avez déjà été diagnostiqué.

6. Vous aurez la bonne quantité et le bon type de protéines.

Aux États-Unis, l’omnivore moyen obtient plus de 1,5 fois la quantité optimale de protéines, essentiellement d’origine animale. Contrairement aux idées reçues, cet excès de protéines ne nous rend pas plus forts ni plus maigres. L’excès de protéines est stocké sous forme de graisse ou transformé en déchet, et les protéines animales sont une cause majeure de gain de poids, de maladie cardiaque, de diabète, d’inflammation et de cancer.
D’autre part, les protéines présentes dans les aliments à base de plantes entières nous protègent de nombreuses maladies chroniques. Il n’est pas nécessaire de suivre l’apport en protéines ni d’utiliser des suppléments de protéines dans les régimes à base de plantes ; si vous répondez à vos besoins quotidiens en calories, vous aurez beaucoup de protéines. Les personnes qui vivent le plus longtemps sur Terre, celles qui vivent dans les « zones bleues », tirent environ 10 % de leurs calories de protéines, contre 15 à 20 % en moyenne aux États-Unis.


Voilà, nous avons vu 6 phénomènes plutôt formidable qui peuvent s’opérer dans votre corps si vous vous tournez vers un régime à base de plantes. Si des gens dans votre entourage sont atteint de diabète, de cancer ou autre maladie, il serait peut-être judicieux de leur partager cette vidéo. Une alimentation saine peut sauver des vies et il n’est jamais trop tard ! Prenez soin de vous et de tout ce qui vous entoure.

Références :

• Barbaresko, J., Koch, M., Schulze, M., & Nöthlings, U. (2013). Dietary pattern analysis and biomarkers of low-grade inflammation: A systematic literature review. Nutr Rev Nutrition Reviews, 511-527.

• Barnard, N., Levin, S., & Trapp, C. (2014). Meat Consumption as a Risk Factor for Type 2 Diabetes. Nutrients, 897-910.

• Bøhn, S., Myhrstad, M., Thoresen, M., Holden, M., Karlsen, A., Tunheim, S., . . . Blomhoff, R. (n.d.). Blood cell gene expression associated with cellular stress defense is modulated by antioxidant-rich food in a randomised controlled clinical trial of male smokers. BMC Medicine BMC Med, 54-54.

• David, L., Maurice, C., Carmody, R., Gootenberg, D., Button, J., Wolfe, B., . . . Turnbaugh, P. (2013). Diet rapidly and reproducibly alters the human gut microbiome. Nature, 559-563.

• Dean, E., & Gormsen Hansen, R. (2012). Prescribing Optimal Nutrition and Physical Activity as “First-Line” Interventions for Best Practice Management of Chronic Low-Grade Inflammation Associated with Osteoarthritis: Evidence Synthesis. Arthritis, 2012, 1-28. doi:10.1155/2012/560634

• Ferdowsian, H., & Barnard, N. (n.d.). Effects of Plant-Based Diets on Plasma Lipids. The American Journal of Cardiology, 947-956.

• Goldsmith, J., & Sartor, R. (2014). The role of diet on intestinal microbiota metabolism: Downstream impacts on host immune function and health, and therapeutic implications. Journal of Gastroenterology J Gastroenterol, 785-798.

• Halkjær, J., Olsen, A., Overvad, K., Jakobsen, M. U., Boeing, H., Buijsse, B., … Tjønneland, A. (2010). Intake of total, animal and plant protein and subsequent changes in weight or waist circumference in European men and women: the Diogenes project. Int J Obes Relat Metab Disord, 35(8), 1104-1113. doi:10.1038/ijo.2010.254

• Huang, T., Yang, B., Zheng, J., Li, G., Wahlqvist, M. L., & Li, D. (2012). Cardiovascular Disease Mortality and Cancer Incidence in Vegetarians: A Meta-Analysis and Systematic Review. Annals of Nutrition and Metabolism, 60(4), 233-240. doi:10.1159/000337301

• Jenkins, D. (2003). Effects of a Dietary Portfolio of Cholesterol-Lowering Foods vs Lovastatin on Serum Lipids and C-Reactive Protein. JAMA, 502-502.

• Menke, A., Casagrande, S., Geiss, L., & Cowie, C. (2015). Prevalence of and Trends in Diabetes Among Adults in the United States, 1988-2012. JAMA, 1021-1021.

• Ornish, D., Magbanua, M., Weidner, G., Weinberg, V., Kemp, C., Green, C., . . . Carroll, P. (2008). Changes in prostate gene expression in men undergoing an intensive nutrition and lifestyle intervention. Proceedings of the National Academy of Sciences, 8369-8374.

• Ornish, D., Lin, J., Chan, J., Epel, E., Kemp, C., Weidner, G., . . . Blackburn, E. (n.d.). Effect of comprehensive lifestyle changes on telomerase activity and telomere length in men with biopsy-proven low-risk prostate cancer: 5-year follow-up of a descriptive pilot study. The Lancet Oncology, 1112-1120.

• Tonstad, S., Butler, T., Yan, R., & Fraser, G. (2009). Type of Vegetarian Diet, Body Weight, and Prevalence of Type 2 Diabetes. Diabetes Care, 791-796.

• Pan, A., Sun, Q., Bernstein, A. M., Manson, J. E., Willett, W. C., & Hu, F. B. (2013). Changes in Red Meat Consumption and Subsequent Risk of Type 2 Diabetes Mellitus. JAMA Internal Medicine, 173(14), 1328. doi:10.1001/jamainternmed.2013.6633

• Sutliffe, J., Wilson, L., Heer, H., Foster, R., & Carnot, M. (n.d.). C-reactive protein response to a vegan lifestyle intervention. Complementary Therapies in Medicine, 32-37.

• Tonstad, S., Butler, T., Yan, R., & Fraser, G. (2009). Type of Vegetarian Diet, Body Weight, and Prevalence of Type 2 Diabetes. Diabetes Care, 791-796.

• Van Nielen, M., Feskens, E. J., Mensink, M., Sluijs, I., Molina, E., Amiano, P., … Wareham, N. J. (2015). Erratum. Dietary Protein Intake and Incidence of Type 2 Diabetes in Europe: The EPIC-InterAct Case-Cohort Study. Diabetes Care 2014;37:1854–1862. Diabetes Care, 38(10), 1992.3-1992. doi:10.2337/dc15-er10b

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.