Comment des prisonniers sont si costauds ?


  J’ai vu plein de films et de série sur l’univers carcéral et il y a toujours ce stéréotype des prisonniers costauds. Mais est-ce vraiment un stéréotype ? Quand nous voyons des reportages sur la vie en prison, nous voyons des tas de gens de corpulences différentes. Nous y trouvons des personnes maigres ou encore des personnes en surpoids. Mais il y a également des prisonniers assez, voir très costauds. Comment font-ils pour être aussi costauds alors qu’ils sont en prison ?

L’environnement hostile

Le plus gros point selon moi, c’est qu’il n’y a pas de femmes. Vous vous dites : « Euh ok aucun rapport ! » mais laissez moi développer mon raisonnement. Les femmes sont une source gigantesque de distraction, et même si vous aimez les femmes et que vous y pensez en prison, elle n’existe pas en tant que telle dans cette réalité-là. C’est un milieu 100 % masculin, dangereux et très agressif. Une étude scientifique de 2018 montre que le niveau de testostérone est largement déterminé par l’environnement dans lequel les hommes évoluent, particulièrement durant leurs enfances. C’est une étude qui invalide donc les croyances que le taux de testostérone est lié à la génétique et à l‘ethnie de la personne. Il faut savoir également qu’il a été prouvé que les criminels ont souvent des taux élevés de testostérone.

Les prisons sont donc un lieu où sont enfermés des personnes plein de testostérone, agressives, en colère et ils doivent essayer de cohabiter. Tout cela créer un environnement hostile, avec très peu de distraction pour se relaxer. C’est donc un milieu qui contient 100 % de prédateurs et ils font tout pour ne pas devenir une proie. Dans leurs têtes, c’est la guerre, un milieu très compétitif où il ne faut montrer aucun signe de faiblesse, être invulnérable. Ils ne s’entraînent pas pour faire les beaux devant des femmes ou s’afficher sur instagram, ils le font, car le physique est une façon d’intimider l’adversaire. Je pense donc qu’être enfermé en prison peut augmenter de façon significative le taux de testostérone d’un homme. Et la testostérone pour se muscler, c’est comme respirer pour vivre, c’est indispensable.

La routine

Quand je parle de la routine d’un prisonnier, je ne parle pas seulement de l’entraînement. C’est bien plus que ça. Dans le monde libre, nous pouvons sortir le soir, travailler un peu plus tard, finir une série en mode addict, sauter des repas. C’est un peu la logique d’être libre de ses mouvements et de ses actions. Nous n’allons donc pas au lit à la même heures chaque jour, nous dormons moins que l’on devrait, parfois, nous avons une nuit très courte suivit d’une nuit très longue. Il n’y a pas une constance totale, et Dieu merci !

En prison par contre, ils n’ont pas le choix, ils subissent et se plient au planning et aux horaires de l’Institution. Tous les jours que ce soit le réveil, la fréquence et les heures des repas, l’extinction des feux et les fermetures des portes sont identiques. En sachant que le sommeil est extrêmement important dans la fabrication de muscles, cette routine au niveau du sommeil est une bonne chose pour le prisonnier qui veut prendre du muscle. De plus, en journée, ils peuvent faire autant de siestes qu’ils le souhaitent. 

Activités journalières

Ils sont enfermés et il y a très peu de choses à faire. Je pense qu’ils s’entraînent sans penser au surentraînement, à combien de fois ils travaillent le muscle par semaine, aux répétitions, aux séries. C’est un passe-temps et ils ont beaucoup de temps à tuer donc ils s’entraînent le plus possible. Ils s’entraînent dans la salle de sport, mais aussi dans leurs cellules. Les exercices possibles dans une cellule de prison sont nombreux, surtout s’ils sont deux. Pour en revenir à la testostérone, dans le monde libre il y a énormément de situations stressantes comme le fait de devenir père, d’aller travailler pour un boulot qu’on déteste, payer les factures, subir les conséquences de votre salope d’ex femme infidèle etc. Tout cela joue sur vos hormones, votre envie et votre temps disponible pour faire du sport. En prison, rien de tout ça.

La nourriture en prison

Même si elle est médiocre, les repas sont constitués majoritairement de glucide. En ayant accès à de la nourriture par le parloir, ils peuvent améliorer leurs alimentations. Certains prisonniers doivent réussir à répondre à leurs besoins caloriques en limitant ce qu’ils font, d’autres sont clairement en déficit calorique ce qui leur permet d’être plus secs.

Les stéroïdes

Pour ma part, je ne pense pas que des prisonniers s’amusent à passer des stéroïdes en contrebande. Ils sont beaucoup plus attirés par la contrebande de cigarette, d’alcool, de drogues, de nourritures, d’armes, de porno ou encore de téléphones portables. Il se peut par contre qu’une personne ayant eu recours à des stéroïdes se retrouve en prison. Malgré l’arrêt des stéroïdes, cette personne subira les conséquences du produit, bonnes ou mauvaises, toute sa vie. Il restera donc à mon avis costaud s’il s’entraîne, mange et dort pendant sa peine.


C’est un sujet assez spécial, mais j’ai voulu l’aborder, car je trouvais ça intéressant. En faisant ce sujet, j’ai vraiment eu en tête les prisons de haute sécurité des Etats-Unis, où on voit ce genre de prisonniers costauds, malgré leurs longues peines. Bien évidemment, tout dépend du pays et des prisons.

Référence :

Durham University – Men’s testosterone

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.