Soulevé de terre et dos rond : incompatible ?


Différentes positions du dos pendant le soulevé de terre

Différentes positions du dos pendant le soulevé de terre.

  N’importe quelle personne qui a essayé de soulever des charges très lourdes (du style 1 RM : répétition maximale) sait très bien qu’il est pratiquement impossible de tenir la colonne vertébrale neutre pendant toute la durée du mouvement. Si vous le pouvez, alors cela veut peut-être dire que ce n’est pas votre 1 RM et que vous pouvez mettre plus lourd.

Alors, est-ce mal d’arrondir le dos ?

  Figure 1. Ça dépend en fait de la partie du dos qui subit la flexion. Comme sur la figure 1, nous avons la posture la plus sûre car la colonne vertébrale se situe dans une position neutre, avec aucun incident de flexion ou d’hyperextension, dans aucun segment du dos. C’est un soulevé de terre idéal, que vous pouvez faire avec des poids qui ne se rapprochent pas trop près de votre 1 RM.

Pourquoi les powerlifters n’ont pas forcément cette posture idéale ?

  Figure 2. Les powerlifters soulèvent des charges extrêmement lourdes et pour cela, ils fléchissent considérablement leurs colonnes vertébrales.

Si vous examinez des powerlifters qui s’exercent au soulevé de terre, la majorité arrondit le dos sur la partie haute, ce qu’on peut appeler la colonne vertébrale thoracique. Et cette stratégie est plus sûre que dans le cas contraire où c’est le bas du dos qui s’arrondi, au niveau des lombaires.

Les powerlifters qui évitent les blessures sont ceux qui évitent la zone rouge de la flexion lombaire, comme sur un compte-tours de voiture. On pourrait aussi ajouter la notion de chance, d’avoir un corps qui tient le coup et qui n’est pas sujet aux blessures.

Le dos arrondi dans sa totalité, c’est donc la chose à éviter.

  Figure 3. Lorsque le bas du dos se met à fléchir, c’est là que le mal se produit. Bien sûr, vous pouvez vous entraîner avec cette posture et soulever de grosses barres mais vous vous exposez beaucoup plus facilement à des problèmes de dos comme une hernie discale et des maux de dos chroniques. Une très légère flexion lombaire n’aura pas la même incidence qu’une très forte flexion lombaire, mais dans tous les cas, il faut faire preuve de rigueur pour avoir toujours en tête l’idée de garder le bas du dos dans une position neutre.

  Il faut donc s’entraîner intelligemment, soulever des poids de plus en plus lourds tout en évitant des flexions lombaires très prononcées, et pour cela il faut connaître ses propres limites, les accepter et les repousser si cela est possible.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.